Le professeur d’architecture Sharon Rotbard avait choisi ce thème — un été dystopique — pour animer à Tel Aviv un séminaire avec des étudiants indiens. Pour l’occasion, Jac Fol, professeur émérite avait rédigé un tract du musée de l’accident :

UTOPIE ET DYSTOPIE, SŒURS ENNEMIES ?

Le mot « utopie » a été inventé par Thomas More avec la complicité d’Érasme, qui se trouve à l’origine du texte rédigé par l’avocat lon- donien et publié en 1516. Dès son origine, le projetestdouble. Dans L’Utopie, Thomas More consacre un premier « livre » à la dénonciation des iniquités de son temps et un second « livre » à une véritable visite guidée d’une république égalitaire. C’est surtout celui-ci que la postérité a retenu. Les Utopiens, résidents d’une île imaginaire, habitent en ville dans des maisons agréables, aux fenêtres vitrées et aux pièces chauffées par une cheminée, avec un jardin fleuri. Ils travaillent aux champs voi- sins six heures par jour et, le reste du temps, se cultivent selon leurs goûts. Le culte est libre (mais il faut croire en un dieu) et le divorce accordéencasd’incompatibilitéentrelesconjoints. Encasdeguerre, on emploie des mercenaires afin d’éviter de conduire à la mort des Uto- piens… « Ils appellent volupté, précise Raphaël Hythlodée, qui a découvert l’île, tout état ou tout mouvement de l’âme et du corps, dans lesquels l’homme éprouve une délectation naturelle. » Nul n’est abandonné à son sort, les vieilles personnes et les malades sontpris encharge parla communauté. Chacun consomme ce qu’il veut et se sert dans les magasins et des res- taurants du quartier. De même, chaque Utopien déménage tous les dix ans et obtient par tirage au sort sa nouvelle maison, cela afin d’éviter tout sentiment de propriété privée. Les portes n’ont pas de serrure…

Laboratoire d’architecture à la poursuite de l’écologie grise de Paul Virilio / Architectural studio in pursuit of Paul Virilio’s grey ecology

Laboratoire d’architecture à la poursuite de l’écologie grise de Paul Virilio / Architectural studio in pursuit of Paul Virilio’s grey ecology