« Let The River In »

Équipe

Avant-propos

La communauté d’agglomération Rochefort Océan s’est proposée pour devenir un site pour le concours Europan 15.

  • ïL’utilisation du fleuve comme support pour le développement des activités industrielles.
  • ïQuelles modes développer pour permettre aux travailleurs de se déplacer hors et dans le site ?

Le projet

La ville de Rochefort a mis en réflexion quatre sites de projet, à première vue hétéroclites et au fonctionnement autonome. Relativement déconnectés de la ville, ils constituent d’anciennes ou actuelles emprises productives. Si la ville productive et la ville habitée peinent à communiquer, ces sites de projet ont pour point commun un rapport, plus ou moins fort avec le fleuve, et occupent une position stratégique le long de la Charente. Comment refaire fonctionner ces activités avec leur milieu, participer à les faire rayonner au sein du territoire ? Comment faire entrer le fleuve dans la ville ? Que ce soit par l’utilisation du fleuve dans le système ville ou par l’acceptation du risque « Let the River In » propose de réintroduire l’eau dans la ville par sa valeur économique, sociale, environnementale.

Une nouvelle approche de résilience face au risque

Xynthia, en 2010, a considérablement changé la vision et le rapport qu’entretenait la ville de Rochefort avec son fleuve. Chaque tempête est un traumatisme… Cela a amené les décideurs locaux à mettre en place de nouvelles politiques de gestion des inondations. L’intrusion de cette nouvelle problématique et sa gestion publique a-t-elle pour autant redéfini la culture de l’eau à Rochefort ? Nous nous sommes questionnés sur quelles étaient les marges de manœuvre entre radicalisation de la modernité (poursuite du principe de la maîtrise de l’eau par des interventions technicistes telles que digues, renforcements, barrages) et réorientation postmoderne (redonner sa place au cours d’eau et à ses fluctuations « naturelles ») ?

Replacer le fleuve au centre de la ville et des échanges

En tant qu’élément structurant fort, la Charente constitue la base d’un nouveau développement, faisant du cours d’eau un acteur à part entière de la ville. L’idée du projet fut d’utiliser le fleuve comme la pièce centrale d’une nouvelle stratégie urbaine à l’échelle du territoire et de son estuaire. Cet élément « eau » est un lien important, un vecteur que nous imaginons pour le transport de personnes et de marchandises ainsi qu’un support de fonctionnement des activités avec leur milieu environnant.

Mettre en phase cycles humains et écosystèmes

La ville contemporaine a peu à peu externalisé et délocalisé toutes ses fonctions de production. A l’échelle mondiale, les logiques productives sont devenues quasi exclusivement extractives et peu durables. Ces cycles ne sont plus vertueux et paralysent notre capacité à mettre en oeuvre la ville des courtes distances. Selon les principes d’économie symbiotique, nous partons de l’idée que la ville peut réintégrer ou mieux intégrer ses espaces de production, en repensant ses économies et son arrière pays, voire même en régénérant ses écosystèmes. Il s’agit de concevoir des cycles productifs qui collaborent avec l’environnement naturel.

--

--

Laboratoire d’architecture à la poursuite de l’écologie grise de Paul Virilio / Architectural studio in pursuit of Paul Virilio’s grey ecology

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store