Mais où fera-t-il bon vivre le jour de l’apocalypse ?

“Des changements significatifs sont possibles dans les années et décennies à venir. L’impact du changement climatique, notamment la fréquence et l’intensité accrues des sécheresses et des inondations, les températures extrêmes et les mouvements de population plus importants, pourrait dicter la gravité de ces changements.”

“En plus de démontrer quels sont les pays qui, selon nous, sont les plus aptes à gérer un tel effondrement — qui serait sans aucun doute une expérience profonde et bouleversante — notre étude vise à mettre en évidence les actions visant à traiter les facteurs interdépendants du changement climatique, de la capacité agricole, de l’énergie domestique, de la capacité de fabrication et de la dépendance excessive à la complexité, sont nécessaires pour améliorer la résilience des nations qui ne bénéficient pas des conditions de départ les plus favorables.”

Cela fait plusieurs années que la Nouvelle-Zélande est devenue le refuge des milliardaires de la Silicon Valley

Laboratoire d’architecture à la poursuite de l’écologie grise de Paul Virilio / Architectural studio in pursuit of Paul Virilio’s grey ecology

Laboratoire d’architecture à la poursuite de l’écologie grise de Paul Virilio / Architectural studio in pursuit of Paul Virilio’s grey ecology